En réponse à ma remarque sur les créations destructions d'emploi Alexandre Delaigue écrit :

La proportion de créations/destructions d'emploi par rapport à l'emploi total est la même partout, soit à peu près 15% par an. Faut pas surinterpréter des posts de blog déjà eux-mêmes très surinterprétés...

Pourtant un papier de 1994 (tableau page 22) et un plus récent de 2004 (graphique page 57, pour entreprises de plus de 20 employés sur les "années 1990"), qui cite les données détaillées de ce papier de l'ECB (voir en particulier les commentaires pages 18-19) montrent des valeurs qui s'éloignent beaucoups des 15% "uniformes", les chiffres se promènent plutot entre 5 et 20%.

Les auteurs se plaignent de données difficiles à uniformiser (surtout la couverture), mais à priori la mesure "brute" devrait être moins sujette à manipulation que celle du chomage. Je n'ai pas vu mentionné non plus les réallocations internes dans les grands groupes (qui ont plusieurs activités ou spécialisations) qui sont une réalité, et sans doute difficile à mesurer et réduisant la pertinence des chiffres sur les changements d'employeur.

Ceci étant dit, est-ce qu'un taux plus elevé est une bonne chose ?

Au passage, mon impression tirées des lectures de ces papiers (et de bien d'autres), est qu'on est très loin de pouvoir estimer ou prévoir les impacts des différents facteurs sur le marché du travail.

J'ai en particulier beaucoup de mal à croire que la "fléxibilité" soit véritablement pertinente, ou du moins tant qu'elle n'est que dans le sens du licenciement facile pour l'employeur - à ce sujet je pense qu'il n'y a pas vraiment de problème en France, juste de la mauvaise volonté dans certains cas de dégradation des relations employeurs-employés - sans contrepartie aucune pour les employés.

Ces contreparties pourraient être par exemple :

  • un droit aux allocations lors d'une démission (eventuellement réduits, limités a X tous les Y ans, par secteur)
  • des facilités sur le changement de logement (les droits de mutation immobiliers sont très élevés en France)
  • une limitation plus grande des clauses de non concurrence s'imposant aux employés (par exemple il n'y a pas de clause de ce type dans les conventions collective banque)

Qu'en pensez-vous ?