Contrairement aux idées reçues, un billet chez MaxSpeak mentionne un papier intitulé Employment Regulation anf French Unemployment : Were the French Students Right After All? écrit par deux économistes américains tends à prouver le niveau élevé de compréhension des mécanismes économiques par les manifestants français :).

Il y a eu toute une série de billet sur le sujet dans la blogosphère anglophone, par exemple chez Daniel Davies (qui poste aussi sur Crooked Timber), ou par Alex Harrowell qui poste sur A Fistful of Euros, ou encore chez Jerome.

Un rapport de l'OECD donne plein de statistiques intéressantes, en particulier on peut y trouver le taux d'emploi par rapporté à la population des hommes de 25 a 54 ans pages 244 à 246, un petit extrait :

               1990 2001 2002 2003 2004
Canada         86.4 85.3 85.2 85.6 86.0
Denmark        87.4 88.8 88.7 88.0 87.3
France         90.1 88.3 87.6 87.0 86.7
Ireland        80.9 88.7 87.3 87.0 87.6
Netherlands    88.8 92.7 92.0 90.7 90.2
New Zealand    87.4 87.6 88.0 88.1 89.4
United Kingdom 89.5 87.6 87.2 87.6 87.5
United States  89.1 87.9 86.6 85.9 86.3

Cette mesure à l'avantage d'exclure les parties qui dépendent beaucoups de la structure différente des sociétés, par exemples les étudiants (longtemps ou pas), les retraités (système de retraite et pré-retraite), les femmes (dont l'entrée dans le marché du travail progresse et s'interprète différemment suivant les sociétés), et bien sur il est ramené à la population donc personne n'est oublié, comme les gens en prisons. Il manque par contre le temps partiel, les impacts démographiques (entrées a 25 et sorties à 55 ans - mais ça doit se trouver ailleurs), et les personnels qui mettent les gens en prison et les surveillent ce qui est de la vitre brisée chère à Frédéric Bastiat, mais curieusement les indicateurs économiques utilisés habituellement comptent les systèmes répressifs plutôt en positif (chomage, PIB, etc...) et cela n'interesse pas grand monde de corriger.

Au final, ce qui frappe c'est que c'est un indicateur qui donne une vision comparative bien différente de l'état de santé du marché du travail de celle donnée par le taux de chomage tel qu'employé à outrance par la presse et les économistes. Par exemple dans cette tranche de la population les taux de chomage en 2004 sont de 4.6% aux USA et de 7.4% en France, alors que le taux d'emploi est plus élevé en France.

Jerome à Paris cite The Economist:

"The real problem, not just for Italy and France but also for Germany, is that, so far, life has continued to be too good for too many people: there is not yet a general consensus that their economies are in serious trouble. All three have also lacked brave political leaders ready to leap in and explain the case for reform. There is one depressingly certain way to remedy the failings in the core European countries: to bring on a more serious economic crisis. This week will surely have brought that a lot closer."

Et commente :

Yep, the real problem for people like the Economist editorialists is that life is too good in Europe.

Idéologie en action...

Ajout 20060428 2150 : un billet avec un joli graphique chez General Glut qui aussi regarde autre chose que le chomage pour évaluer le marché de l'emploi.

Ajout 20060430 2147 : un article de l'IHT intitulé Why Europe should reject U.S. market capitalism prends une position similaire à celle du papier cité.