Le blog de Laurent GUERBY

mardi 24 octobre 2006

Liberté d'expression et intérêt général

cacambo ouvre le débat important de la liberté d'expression des fonctionnaires, je cite sa conclusion :

Finalement, cette affaire est assez représentative d'un divorce entre une certaine fonction publique et la démocratie, celle-ce souhaitant s'exempter de la tutelle de celle-là au profit d'une forme "d'auto-gestion". Ce que je trouve finalement le plus regrettable, c'est qu'il se trouve des personnes dites "de gauche" (et aussi parfois de droite) pour défendre, et même pour simplement tolérer, ce type de comportements qui certes peut conjoncturellement correspondre à leurs opinions, mais qui peut conduire in fine à remettre en cause le principe même d'un gouvernement Républicain...

Je ne suis pas vraiment d'accord, voir mes commentaires chez cacambo pour une partie des arguments.

Mais je ne peux m'empécher de constater que les fermetures de blogs de fonctionnaire deviennent fréquents ces derniers temps. Voir les réactions sur le Monolecte (et la), chez démocratie sans frontière et Crise dans les médias (au-dela des fonctionnaires).

Et quand je vois ce que, par un troublant hasard, Menzie Chinn d'Econbrowser décrit aujourd'hui outre-atlantique :

In testimony before the House Ways and Means Committee, Foster for the first time discussed publicly how Thomas Scully, the former director of the Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS), threatened to fire him if he responded to requests by members of Congress seeking cost estimates of the Medicare bill that Congress passed last year.

The Congressional Budget Office had estimated the new law would cost $395 billion, while Foster's tally was $534 billion. Many conservatives resisted the bill, and others were only convinced to support it by promises that it would not top $400 billion.

House Ways and Means ranking member Charles Rangel, D-N.Y., said if Foster's estimate had been made public, the bill would have died. "You would not have had the votes to pass this if the cost of the bill was known," he said. As the bill was being crafted, Foster said his estimated price tag fluctuated but remained between $500 billion and $600 billion.

Foster said he reminded Scully of conference report language in the 1997 Budget Act that established the Medicare actuary as an independent office given the task of providing Congress with "prompt, impartial ... information."

But Scully dismissed that language in "unprintable" terms, Foster said. "The polite version was that the conference report meant nothing," he added.

After consulting an HHS lawyer who advised him that Scully did have the authority to prevent him from sharing his analyses, Foster said he determined to remain at the agency despite what he thought were Scully's "inappropriate ... unethical" demands.

Rassurant sur la position de ceux qui estiment que seul le ministre à le droit de parler au public ... En quoi ce verouillage sert l'intérêt général ?

Quelques articles pertinents de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

Article V - La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Article XI - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme: tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi.

Qu'est-ce qui est nuisible dans le fait d'avoir des fonctionnaires qui s'adressent aux citoyens au point de s'aliéner le droit à la liberté d'expression exactement ?

Ajout 20061025 1924 je cite Maitre Eolas sur un cas ou la liberté de parole prime :

[...] En effet, l'avocat est protégé, dans ses écritures judiciaires (assignation, conclusions, citation...) et dans ses plaidoyers contre les délits d'injure, de diffamation et d'outrage. C'est l'article 41 al. 3 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse qui pose cette immunité (que nous partageons avec les parlementaires). La cour de cassation a récemment jugé que cette immunité s'appliquait même quand les écritures mettent gravement en cause la probité du magistrat qui a rendu la décision attaquée en des termes particulièrement outrageants Crim. 11 oct 2005. La liberté de parole de la défense d'une valeur supérieure à la répression des abus de la liberté d'expression. [...]

Ajout 20061026 1238 : Un passage de la dernière note de Guy Vallet concerne le point de ce billet :

[...] Les 3 points négatifs :

L'obligation de réserve qui bride, pour une certaine part, la réactivité, [...]

lundi 23 octobre 2006

Saint-Germain-sur-Morin

Olivier Berger mentionne sur son blog sa visite à Saint-Germain-sur-Morin (article wikipedia), je cite son compte-rendu :

[...] Je suis épaté par tout ce que les militants du libre, et de simples citoyens soucieux de doter leur commune d'un équipement en NTIC, ont pu y accomplir. La commune n'est pas riche, et pas particulièrement moderne à première vue, dans un environnement rural, un peu loin des communes riches du Val d'Europe... et c'est justement dans cet environnement où l'argent ne coulait pas à flot, mais où les bonnes volontés et l'intelligence ne manquaient pas, que le libre a pu se diffuser largement auprès de la population.

De nombreux logiciels libres sont utilisés quotidiennement, notamment dans les services municipaux, et bien évidamment, dans l'association @rrobe et son EPN : Koha pour la bibliothèque, Scribus pour la PAO du journal municipal, SPIP pour les sites internet, Abuledu pour l'école, et ils diffusent un CD de logiciels libres pour Windows... [...]

L'initiative de distribuer des PCs reconditionnés est comme on aimerait en voir plus souvent. Le site de la ville à des comptes-rendus de conseil municipaux, les appels d'offres, les budgets, les arrêtés municipaux et les manifestations, bref normal mais pas si courant que cela. Dans ma mairie les publications des comptes-rendus se sont arrêtées en juillet 2004 ...

On parle beaucoup des nouvelles technologies, or il est maintenant possible de distribuer l'ensemble des productions légales de toutes les collectivités vers (presque) tous les citoyens à un cout nul vu que les documents maintenant sont électroniques à la source.

Faudra-t'il une loi pour que cela rentre en pratique ? Peut-être un petit peu de moyens pour les communes les plus isolées : par exemple un site par région ou par département près a recevoir les CDs des documents des petites mairies et à mettre en ligne

Un bon sujet de campagne, mais j'ai bien peur qu'on en parle pas.

Qu'en pensez-vous ?

Ajout 20061023 2126: une proposition de jurys populaires sur Désir d'avenir, et une série de réactions

Ma réaction (message non encore modéré) : avant de faire des jurys et pour les rendre plus efficace il faut d'abord que les représentants publient sur internet et en continu tous les documents nécessaires.

Ajout 20061024 2022 : modéré ici, à noter Pierre L. et la

Ajout 20061024 2101  : très bon résumé de Luc_DK :

Cela vaut le coup d'essayer par luc_DK le 24/10/06

C'est incroyable, la première réaction des gens c'est d'être sceptique. Mais les jurys de citoyens ne sont pas des jurys du peuple qui envoient les gens à la guillotine. Un jury de citoyens comme on les utilise dans d'autres pays europeens, c'est un moyen de concertation complémentaire lorsqu'un instutitut, un Conseil ou des politiciens ont besoin de connaître l'opinion des citoyens à un moment donné. C'est un moyen bien plus efficace qu'un sondage d'opinion où les gens sont questionnés au moment qui les dérange le plus. Le jury est un groupe de citoyens tirés au sort mais représentatif de la population qui se réunit, écoute l'opinion de ceux qui veulent une réponse ainsi que de certains experts. Il y a une discussion approfondie et le résultat n'est pas nécessairement une décision ou un choix. Le jury peut tout aussi bien indiquer plusieurs voies de solutions sans les départager. Au Danemark, par exemple, le Conseil Technologique utilise la méthode avant d'introduire de nouvelles technologies. Au lieu de se contenter de l'opinion d'experts, on fait participer des citoyens à un débat. Le Parlement pourrait utiliser la méthode avant de proposer un projet de loi critique, cela permettrait d'ajuster un projet pour qu'il soit mieux adapté a la situation réelle du moment. On peut aussi faire participer des représentants d'associations d'intéressés. Dans des questions difficiles, comme par exemple l'introduction de la culture génétique, il est important d'entendre la réaction des citoyens, quitte ensuite à faire un effort d'information pour que les nouveautés soient mieux comprises. De toute façon ce ne sont pas les jurys de citoyens qui ont le dernier mot, ce sont les élus ou les responsables. Les jurys de citoyens n'enlèvent rien à la démocratie, ils sont tout simplement un instrument de consultation à la disposition des décideurs.

Référence (en danois) (si quelqu'un à une traduction ou d'autres liens je suis preneur)

Ajout 20061026 1033 : voir chez BeM pour des comportements que la transparence électronique permettrai de réduire.

Ajout 20061029 0903 : un rapprochement entre Friedrich Hayek et Ségolène Royal sur le plan de la libéralité chez econoclaste, extraits :

[...] Pouvoir accru des technocrates qui pourraient "manipuler" les membres naïfs des jurys? mais cela leur ferait un obstacle de plus à franchir, puisqu'aujourd'hui, ils peuvent se limiter à convaincre les députés (qui sont souvent eux-mêmes des technocrates).

[...] Il faut noter pourtant qu'en l'espèce, Ségolène Royal touche au coeur de la question de la démocratie, et que sa proposition, qui met le hasard au coeur du contrôle de l'exercice du pouvoir, se place dans une tradition philosophique éminemment respectable, visant à trouver l'équilibre entre hasard et choix dans la sélection des dirigeants. Et comme le disait Montesquieu, Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l'aristocratie. Le sort est une façon d'élire qui n'afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie.

Ajout 20061029 0947 : Voir chez Hugues le ségoliste de service

Ajout 20061107 1913 : Voir chez l'économiste

Ajout 20061119 1024 : Deux billets interessants chez Telos ici et la

jeudi 19 octobre 2006

La France va mal 2

Le PDG de la COFACE bouscule les idées reçues le déficit commercial et le déclinisme ambiant :

PARIS (Reuters) - Un déficit commercial "n'a aucune importance", selon le patron de la Coface qui s'est inscrit en faux contre les discours alarmistes sur le creusement du déficit extérieur de la France dont il a reconnu qu'il devrait avoisiner 30 milliards d'euros cette année. [...]

LA FRANCE AU DEUXIEME RANG MONDIAL DE L'EXPORT

Il s'est en pris aux poncifs sur le déficit extérieur français pour les réfuter un à un.

"Notre commerce extérieur est trop dépendant des grands contrats ? Ils ne représentent que 7% de notre commerce extérieur dont 3% pour Airbus" a-t-il rappelé.

La France ne serait pas un grand pays exportateur? "Le seul critère de mesure sérieux en la matière, ce sont les exportations par tête d'habitant. Sur ce critère, la France se place au deuxième rang mondial derrière l'Allemagne et exporte 60% de plus que les Etats-Unis, 35% de plus que le Japon et 45% de plus que la Grande-Bretagne" a-t-il expliqué.

La France perd des parts de marché? "Oui mais la plupart des grands pays industriels en ont perdu. La Chine a pris des parts de marché à tout le monde et la France en a plutôt moins perdu que d'autres".

La France est insuffisamment présente sur les exportations à fort contenu technologique? "La part des exportations de haute technologie en France est supérieure à ce qu'elle est en Allemagne", a relevé François David.

"L'Allemagne est plus présente sur des produits de moyenne technologie, comme les gros biens d'équipement. Si l'on se projette à dix ans, la Chine et l'Inde maîtriseront ces produits de moyenne technologie. Les Allemands seront attaqués sur la moyenne technologie", a prévenu François David.

Il a noté au passage que les exportations allemandes sont moins diversifiées et donc plus fragiles que celles de la France qui exporte des "produits de haute technologie, des produits agroalimentaires, des produits de luxe".

Le président de la Coface a toutefois estimé que la France présentait une "vraie faiblesse à l'export", notamment par rapport à l'Allemagne.

"Le vrai problème du commerce extérieur de la France, c'est que nous n'avons pas assez de grosses PME à l'export. Les Allemands ont de grosses PME à l'export qui ont les moyens de leur prospection à l'international" a-t-il dit.

"C'est le seul gros défaut du commerce extérieur français, c'est le vrai sujet microéconomique de la France aujourd'hui".

Pour ce dernier point, source de progrès potentiel, voir chez ava, et aussi chez le cinquième.

Ajout 20061029 0935 : un analyse plus longue et documentée chez Partageons mon avis.

mercredi 18 octobre 2006

Le marché

Après un peu de jardinage (voir les billets Salades et tomates, Oseille, et Blé), notre chère Alice découvre une mine d'or au fond de son jardin. Contre l'achat d'une pioche et son travail elle peut extraire de l'or et elle souhaite le vendre pour récupérer des euros et subvenir à ses besoins de cette manière.

Mais à qui vendre l'or et à quel prix ? Alice pourrait contacter ces voisins, négocier puis vendre mais cela prends beaucoup de temps et il est difficile de trouver un prix satisfaisant pour tous, certains voisins voulant acheter très peu cher son or pour le revendre à des connaissances qui en veulent mais sans donner de noms à Alice bien sur, ce qui est frustrant.

Heureusement, Bob a lui aussi abandonné le jardinage et a ouvert un marché mondial pour l'or sur internet. Comment ce marché fonctionne ?

Tout est dématérialisé : en fait on ne s'échange que des certificats prouvant qu'on possède bien de l'or, par exemple des certificats que délivre le banquier Charles contre un dépot physique de l'or dans ses coffres. Donc Alice dépose d'abord son or chez Charles, qui en vérifie la qualité et la quantité et lui délivre un certificat que Bob reconnait comme faisant foi pour son marché mondial. La quantité est exprimée en once (a peu près 31.103476 grammes), le prix sur les vrais marchés est actuellement autour de 600 USD l'once, soit autour de 470 euros l'once.

Une fois abonnée au site internet de Bob, Alice se retrouve avec deux comptes : un pour la quantité d'or dont elle possède les certificats (1000 onces), et un pour la quantité d'euros qu'elle a transférée à la bourse de Bob (2000 euros). Alice peut se servir du site internet pour placer des ordres. Un ordre est composé d'une direction (achat ou vente), d'une quantité (N once d'or) et d'un prix (en euros). Une fois qu'elle à placé un ordre, tant qu'il n'est pas dit exécuté, Alice peut le retirer. Alice peut voir en temps réel de ce qu'on appelle le carnet d'ordre, c'est à dire une manière pratique de représenter l'agrégation de tous les ordres de tous les membres du marché et des dernieres exécutions, en pratique cela peut ressembler a :

Vente   Prix   Quantité
        473.0  950 
        472.0   70
        471.0  150

Achat   Prix   Quantité
        470.0  200
        469.0   50
        468.0  900
Dernier Prix   Quantité
        471.0   20

Ce qui signifie que des gens comme Alice sont au total à l'instant présent prêts à vendre 150 onces au prix de 471.0 euros l'once, que d'autres gens sont prêts à acheter 200 onces au prix de 470.0 l'once, et que la dernière exécution d'ordre s'est faite pour 20 once au prix de 471.0 euros l'once, ce dernier est aussi appelé le cours de l'once d'or ou tout simplement son prix (dont on voit les jolis graphiques dans les médias).

Alice a donc plusieurs choix si elle désire vendre son or.

Exemple 1 : Alice valide un ordre de vente à 470 euros pour 10 onces, l'ordre va être exécuté immédiatement, son compte en euro va être crédité de 470*10 = 4700 euros de plus, son compte en once débité de 10, et le carnet va afficher à l'achat 200-10=190 onces a 470 euros, et le dernier va passer a 470 euros pour 10 onces (au lieu de 471).

Exempe 2 : Alice est pressée et valide un ordre de vente à 470 euros pour 1000 onces, elle va donc satisfaire entièrement les acheteurs a 470 euros pour 200 onces, et les 800 restant vont venir d'afficher à la vente. Alice va recevoir 94000 euros, être débitée de 200 onces et avoir un ordre de vente de 800 a 470.0 restant dans le carnet d'ordre qui va donc devenir :

Vente   Prix   Quantité
        473.0  950 
        472.0   70
        471.0  150
        470.0  800

Achat   Prix   Quantité
        469.0   50
        468.0  900
Dernier Prix   Quantité
        470.0  200

Une fois la Alice peut annuler son ordre de vente de 800 onces a 470 euros, et passer un ordre de 50 onces a 469 euros puis encore un ordre de 750 onces a 468.0 euros, elle n'aura plus d'onces a vendre, mais aura récupéré 200*470+50*469+750*468.0=468450.0 euros, soit un prix moyen de vente de 468.45 euros. Le cours est passé de 471 euros l'once a 468 euros l'once suite aux ventes d'Alice (-0.63%).

Exemple 3 : Alice n'est pas si pressée, elle va placer un ordre de vente de 500 onces a 471.0, et un deuxième de 500 onces a 472.0, le carnet va se mettre à jour et il suffit à Alice d'attendre. Soit un ou plusieurs acheteurs ont vraiment besoin d'or et donc cont aller acheter a 471.0 puis 472.0 en quantité suffisante et Alice va donc vendre a un prix moyen de 471.50, soit d'autres vendeurs comme Alice dans les deux premiers exemples se mettent à vendre a 470.0, le cours baisse et Alice si elle laisse ses ordres tels quels a de moins en moins de chance de réaliser une vente, elle devra annuler ses ordres et les placer plus bas.

Suivant les décisions des acteurs le prix de l'once en euro va donc fluctuer en permanence tant que le marché est ouvert. En général les marchés ne fonctionnent pas 24h/24 mais on une heure d'ouverture, une de fermeture, les week-ends et des jours fériés.

A quelques détails près la plupart des marchés organisés ont un fonctionnement très proche de celui imaginaire décrit ici.

En prélude à mon prochain billet, quelques questions a méditer :

  1. A quel niveau va se fixer le prix de l'or (en supposant que toutes les transactions passent par ce marché) ?
  2. Quel est l'intérêt d'un marché organisé comme celui décrit ?

Si quelque chose n'est pas clair ou si vous souhaitez plus d'explications, n'hesitez pas à demander.

vendredi 13 octobre 2006

La passe au football est maintenant brevetée

Et en Europe s'il vous plait, via TechnoLlama :

[...] The application is for a "Video game system and storage medium for storing program for use in the video game system". Not broad enough for you? I have read the abstract and some of the claims, and as far as I can make it, the claim is for a football game where the player can assign and store commands to pass the ball to the nearest available player, and the passing system can assign and display passing commands on screen. The claim is a triumph in patent gobbledygook, for example:

"...said guide displaying means further displays a pass guide mark (G3) accompanying another player character (P2) which belongs to the same team as said player character (P1) keeping said game medium (B) and to which said game medium (B) can most easily be passed from said player character (P1) keeping said game medium (B),"

So, passing the ball in-game is patentable. The application had been refused initially, but Konami appealed the decision and has won some claims. Firstly, the Board has agreed that there is no prior art for this application (I'm sure gamers reading this can come up with some examples). Secondly, the aspect of the technical nature of the "invention" is fulfilled by the fact that this is a solution to the limitations of gaming GUI, namely the fact that available players may not be visible as the player with the control plays the game normally. [...]

La justification du panel d'appel de l'Office Européen des Brevets (voir le billet cité) est tout simplement sidérante.

mercredi 11 octobre 2006

Tabac

Econoclaste a publié un article très approximatif sur les effets du tabagisme. Certains points particulièrement douteux sont relevés par les commentateurs, d'autres non (ou ont été censurés).

Dans le désordre :

Eco: Sur 36 études menées, seules 7 ont conclu à un effet notable du tabagisme passif.

Un commentateur (numéro 30) rappelle qu'il y a un nombre d'études bien supérieure a ce nombre (plusieurs centaines), pourquoi 36 ?

Eco: le risque de mort par cancer du poumon pour un non-fumeur est de 10 pour 100 000.

Il est possible que le chiffre soit vrai, mais en quelques secondes on peut facilement trouver que le cancer du poumon n'est pas la cause principale de décès des fumeurs, et encore moins pour les non fumeurs soumis au tabagisme passif.

Eco: Et rappelons que ce chiffre de 1000 est le chiffre maximaliste

Les derniers articles dans les revues spécialisées sont bien au dela, comme celle la de 2005 :

In France passive smoking causes premature death of 3000 persons per year

Le gouvernement français et la commission européenne donnent des chiffres bien plus élevés.

Eco: Sur une mortalité annuelle totale de 600 000 morts annuels environ, cela représente 0,16%.

J'aime bien les ratios choisis par les économistes dans leur discussions (ici ou la par exemple). Le dénominateur choisi inclu les morts par vieillesse qui sont malheureusement assez peu influencés par des choix de politique publique (l'état ne peut pas tout :), Un dénominateur plus honnête devrait être le nombre de morts accidentelles et prématurées, ou mieux celles ou on estime qu'une politique publique peut véritablement influer, en se servant de comparaisons avec d'autres pays.

Un économiste devrait aussi se mettre à la recherche d'expériences naturelles, or ici on en dispose partout dans le monde ! Voir sur wikipedia pour une liste, extrait :

The study also found the city's restaurants and bars prospered despite the smoking ban, with increases in jobs, liquor licenses and business tax payments.

Ou cet article sur le cas d'une ville dans le Colorado:

You can save lives with drugs and expensive, sophisticated devices, but this single community action led to 108 fewer heart attacks in an 18-month period," Bartecchi said.

Each hospital admission for a heart attack costs an average of $20,000 here in Pueblo," he said. "So in addition to saving lives, non-smoking ordinances also save a lot of money.

Eco: pas les fumeurs modérés, qui ne pourront plus bénéficier d'un bar à prix réduit;

Voir ici pour une analyse sur les affaires des restaurants et bars qui ne note aucun impact sur les prix et revenus. En Irlande les bars fumeurs sont passés de 98% (inexistance du choix) a moins de 5%.

Eco: un cancer à 55 ans coûte moins cher que 25 ans de retraite après 60 ans et les traitements qui vont avec

Pas de référence sur cette analyse, mais en cas de décès accidentel il y a des reversions dans un couple, des assurances vies, des cotisations d'un actif qui supportaient plus d'un inactif. Et une maladie liée au tabagisme à soigner ça coute en personnel qualifié qui pourrait faire autre chose. De même pour toutes les ressources consacrées a la recherche dans le domaine, est-ce plus efficace pour la société que l'interdiction dans tous les lieux publics ? Le sujet est complexe, il y a des études globales, les revenus de la taxe sur le tabac doivent être pris en compte, mais il est loin d'être sur qu'elle couvre le cout effectif.

Eco: Vous citez l'exemple des personnels de restaurants obligés de subir le tabagisme passif; mais il est probable qu'une proportion notable d'entre eux est fumeur et donc non avantégée par la mesure

Une étude montre que 80% des fumeurs qui ont arrêté de fumer en Irlande ont déclaré avoir été aidé par l'interdiction, et arrêter de fumer ça rapporte. Je passe sur les problèmes de santé supplémentaires d'un enfant qui a au moins un des parents qui est fumeur.

Il est légitime bien sur de s'interroger sur le bien fondé de toute mesure, mais autant utiliser des données un minimum robustes et des modèles qui tiennent la route. En particulier ces modèles doivent s'efforcer de prendre en compte les effets constatés et mesurés sur des expériences naturelles.

Cette mesure apparait comme plutot positive partout ou elle a été essayée et la restriction sur les libertés du sous-groupe de fumeurs purs et durs est au final minime : ce n'est pas le goulag et ils peuvent continuer à fumer presque partout (99% de la planète). Ce qui me frappe le plus est le respect du public y compris fumeur de ces mesures d'interdiction totale ou elles ont eu lieu, et le renversement d'opinion sur la mesure a posteriori dans le noyau dur. Historiquement les mauvaises mesures ne sont pas ou peu respectées (voir DADVSI :).

Bref, econoclaste part ici en démonstration "une époque en plein délire hygiéniste" et démontre tout autre chose, de l'idéologie bien habituelle.

dimanche 8 octobre 2006

Un contrat financier avec des options en 1298

Un nouveau blog francophone sur l'économie Finance VOX dans son dernier article nous montre l'ingéniosité d'un montage financier des marchands génois en 1298. Le papier simplifié (PDF - fr) contiens une partie sur la finance moderne et les produits dérivés. Une version plus complète en anglais (PDF) est disponible sur Cyberlibris.

Passionnant :).

mardi 3 octobre 2006

10 ans

Un article très poignant de Denis Robert sur Agoravox fête bien tristement mais fort lucidement les 10 ans de l'appel de Genève, quelques extraits :

Paradis fiscaux : quel bilan dix ans après l’appel de Genève ?

Dix ans...

Le 1er octobre 1996, Genève et son université. Une longue table avec sept magistrats alignés, et moi à un bout. Nous étions contents d’avoir mené cette histoire à son terme. [...]

J’avais fait le forcing pour trouver un juge luxembourgeois d’accord pour signer l’appel, j’avais presque réussi à en convaincre un, mais finalement, il avait renoncé. La peur d’être mal vu dans son petit duché. Les magistrats allemands ne se bousculaient pas au portillon, leur pays était, paraît-il, épargné par les phénomènes de corruption. L’affaire récente de corruption chez Ikéa ou les mises en cause incessantes du chancelier Kohl : on voit ce qu’il en est advenu... Il n’y avait pas de magistrat anglais, parce que le système judicaire britannique est trop différent des nôtres. Londres est quasiment devenu un centre off shore, trop inaccessible aux juges étrangers. [...]

Il commençait par ces mots : Conseil de l’Europe, traité de Rome, accords de Schengen, traité de Maastricht : pas à pas, l’Europe se construit. A l’ombre de cette Europe en construction visible, officielle et respectable, se cache une autre Europe, plus discrète, moins avouable. C’est l’Europe des paradis fiscaux qui prospère sans vergogne grâce aux capitaux auxquels elle prête un refuge complaisant. C’est aussi l’Europe des places financières et des établissements bancaires, où le secret est trop souvent un alibi et un paravent. Cette Europe des comptes à numéro et des lessiveuses à billets est utilisée pour recycler l’argent de la drogue, du terrorisme, des sectes, de la corruption et des activités mafieuses... [...]

Nous devons aujourd’hui, dix ans après Genève, nous interroger sans chercher à biaiser : y a-t-il une justice européenne ? Les criminels financiers sont-ils moins en sécurité ? Les juges communiquent-ils mieux entre eux ? La part d’argent noir est-elle en diminution ? Fabrique-t-on moins de pauvreté dans nos pays développés ? Toutes ces questions sont intimement liées. A chacune d’elles, la simple perception du réel contraint de répondre, sans aucune hésitation, par la négative. [...]

Le paradoxe est que cette Europe judiciaire pour laquelle je me suis battu, si elle est parfaitement inefficace en matière de crime financier, fonctionne très bien quand il s’agit de me faire des procès ou de m’inculper pour diffamation. [...]

J'ai déja mentionné le sujet dans le billet Clearstream v1 ou v2 ? en notant que les médias et la blogosphère ne parlaient pas du vrai problème, de cette véritable injustice pour lesquelles il existe des solutions simples et qui peuvent rapporter gros.

Un sujet qui devrait être au coeur de l'Europe, au coeur de la campagne 2007 en France, mais dont personne ne parlera ni sur les médias, ni dans les blogs.

PS: merci à Chantal Cujatar pour le lien.

Ajout 20061003 2307: le même texte sur le blog de Denis Robert

Ajout 20061008 2032: une discussion intéressante (lire les commentaires) sur le sujet de la fraude comptable chez Jeff Matthew par un criminel en col blanc repenti.

Ajout 20061013 0014: un aperçu de l'affaire SWIFT chez Quoi de neuf en Europe