Le PDG de la COFACE bouscule les idées reçues le déficit commercial et le déclinisme ambiant :

PARIS (Reuters) - Un déficit commercial "n'a aucune importance", selon le patron de la Coface qui s'est inscrit en faux contre les discours alarmistes sur le creusement du déficit extérieur de la France dont il a reconnu qu'il devrait avoisiner 30 milliards d'euros cette année. [...]

LA FRANCE AU DEUXIEME RANG MONDIAL DE L'EXPORT

Il s'est en pris aux poncifs sur le déficit extérieur français pour les réfuter un à un.

"Notre commerce extérieur est trop dépendant des grands contrats ? Ils ne représentent que 7% de notre commerce extérieur dont 3% pour Airbus" a-t-il rappelé.

La France ne serait pas un grand pays exportateur? "Le seul critère de mesure sérieux en la matière, ce sont les exportations par tête d'habitant. Sur ce critère, la France se place au deuxième rang mondial derrière l'Allemagne et exporte 60% de plus que les Etats-Unis, 35% de plus que le Japon et 45% de plus que la Grande-Bretagne" a-t-il expliqué.

La France perd des parts de marché? "Oui mais la plupart des grands pays industriels en ont perdu. La Chine a pris des parts de marché à tout le monde et la France en a plutôt moins perdu que d'autres".

La France est insuffisamment présente sur les exportations à fort contenu technologique? "La part des exportations de haute technologie en France est supérieure à ce qu'elle est en Allemagne", a relevé François David.

"L'Allemagne est plus présente sur des produits de moyenne technologie, comme les gros biens d'équipement. Si l'on se projette à dix ans, la Chine et l'Inde maîtriseront ces produits de moyenne technologie. Les Allemands seront attaqués sur la moyenne technologie", a prévenu François David.

Il a noté au passage que les exportations allemandes sont moins diversifiées et donc plus fragiles que celles de la France qui exporte des "produits de haute technologie, des produits agroalimentaires, des produits de luxe".

Le président de la Coface a toutefois estimé que la France présentait une "vraie faiblesse à l'export", notamment par rapport à l'Allemagne.

"Le vrai problème du commerce extérieur de la France, c'est que nous n'avons pas assez de grosses PME à l'export. Les Allemands ont de grosses PME à l'export qui ont les moyens de leur prospection à l'international" a-t-il dit.

"C'est le seul gros défaut du commerce extérieur français, c'est le vrai sujet microéconomique de la France aujourd'hui".

Pour ce dernier point, source de progrès potentiel, voir chez ava, et aussi chez le cinquième.

Ajout 20061029 0935 : un analyse plus longue et documentée chez Partageons mon avis.