Benoît Sibaud, président de l'APRIL et électeur à Issy-les-Moulineaux s'inquiéte du choix du maire de sa commune de l'installation de machines à voter électroniques, je cite :

À Issy-les-Moulineaux (France 92130), les citoyens n'auront pas le choix lors des élections présidentielles et législatives de 2007, ce sera vote électronique obligatoire. Étant moi-même Isséen et suivant la question du vote électronique, j'ai cherché à discuter avec les élus de ce point.

La solution technique retenue devrait être l'ordinateur de vote iVotronic de la société américaine ES&S, déjà connu pour divers problèmes dans le passé.

Les questions de manque de transparence, de fiabilité, de vérifiabilité et de recomptage impossible apparaissent rapidement lorsque l'on s'intéresse au vote électronique.

Vous trouverez sur cette page des échanges avec divers élus municipaux, des éléments d'argumentaire et des références vers d'autres documents sur le sujet du vote électronique. Vous pouvez aussi consulter les autres pages sur l'ordinateur de vote ES&S iVotronic et sur les dispositions légales. [...]

Pour mémoire, le député-maire d'Issy-les-Moulineaux est aussi co-président du groupe d'études « Internet, technologies information, commerce électronique ». [...]

L'autorisation d'utiliser ces machines en France a été donnée par le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, candidat UMP aux élections présidentielles, via l'arrêté du 17 novembre 2003.

Un membre de l'opposition socialiste municipale Laurent Pieuchot commente sur son blog :

Je suis conseiller municipal socialiste de la ville. L'ordre du jour du conseil du 1er février aura a délibérer sur l'achat de machines à voter pour tous les bureaux de vote de la ville.

L'opposition municipale n'a pas été associée à la procédure d'appel d'offre, contrairement à l'habitude et c'est seulement sur le résultat que nous aurons à nous prononcer. Il n'y aura donc eu aucun débat sur l'opportunité de passer au vote par machine. [...]

Pour le détail d'une affaire similaire, mais avec un modèle différent de machine, aux Pays-Bas voir le commentaire de Andreas Bogk sur l'article "Dutch E-Voting System Has Problems Similar to Diebold’s" du blog Freedom to Tinker , je cite :

Let me point out that there is in fact a confirmed radio emanation security problem in our paper. The LCD being used is character-based, and the driver chip has multiple sources of character bitmaps. Now it seems that these have different access latencies, as we observed that the refresh rate depends on the set of characters that are being displayed. The display refresh now generates a distinctive radio signal that is easily receivable using a commodity hand held radio scanner tuned to the right frequency. It’s possible to actually hear the difference between different refresh rates by ear, without doing any signal analysis at all.

Conveniently, the conservative party in the Netherlands, the “Christen Democratisch Apèl” is the only party with a special character in its name, and is the only one to get a different refresh rate. So it’s possible to find out who votes conservative with some off the shelf radio. That is a practical attack on the confidentiality of the vote. [...]

Pour plus d'informations voir le site Ordinateurs-de-vote.org (ex recul-democratique.org), dont le webmestre Pierre Muller a reçu le prix Voltaire de la vigilance aux Big Brother Awards France 2006 .

A mon humble avis, un des seuls protocoles viables autour des machines à voter est par exemple celui suivi au Vénézuéla : les machines, déconnectées du réseau pendant le vote, impriment un bulletin papier que l'électeur retire de la machine et dépose dans une urne "classique" associée à la machine à voter (et pour l'unicité du vote encre son doigt). A la fin du vote, les machines à voter impriment un resultat par candidat à N exemplaires (remis aux représentant locaux des candidats), puis sont mises sur le réseau pour une aggrégation nationale ce qui donne des résultats préliminaires très rapidement (et sans transport des urnes comme au Mexique). Ensuite plus de la moitié des urnes désignées par tirage au sort sont recomptées manuellement comme pour une élection classique.

Pour la France le gain en rapidité serait minime car en pratique les résultats quasi-définitifs tombent quelques heures après la fin des élections. Pour moi le seul véritable gain d'un vote électronique serait d'autoriser des méthodes de vote plus évoluées comme la méthode de condorcet par exemple, mais en suivant le protocole venezuélien.

En pratique les plus opposés au système de vote électronique sans trace papier sont ... les scientifiques et informaticiens. Et assez uniformément, les plus vibrants partisans d'autorisation de ces machines par le gouvernement en général sous un secret total sont ... les partis politiques de droite et les vendeurs de machines.

Allez-vous voter sur des machines cette année dans votre commune ?

Ajout 20070129 0040 : un billet de Benoît Sibaud sur linuxfr

Ajout 20070130 1250 : un billet chez Sid. Et un deuxième billet qui pointe vers un rapport d'expert sur les machines iVotronic ES&S en lice pour Issy.

Ajout 20070204 0036 : un nouveau billet sur les machines ES&S iVotronics en Floride chez Freedom to tinker