Le blog de Laurent GUERBY

lundi 30 avril 2007

La cour suprême des USA secoue le monde du brevet

English version of this post on European Tribune

Enfin c'est ce que tout le monde dit.

Ajout 20070430 2235 : je rajoute les liens et extraits au fur et a mesure.

Le jugement KSR est selon moi une analyse juridico-économique pleine de bon sens de la dérive extraordinaire de la cour d'appel et de l'USPTO sur les brevets évidents. Ce jugement de la cour est unanime et celui qui retiens l'attention de la blogsphère USA. Je dis "juridico-économique" car la cour cite les "forces de marché" de multiples fois. Et rappelle l'inconstitutionnalité d'un régime de brevet qui bloque l'innovation.

Les jugements :

Les sites :

Today, the US Supreme Court held, unanimously, than the specialised CAFC patent court had been bending patent law and as a consequence, retarding progress.

Now, why is this relevant to plans to create a single European patent court? Perhaps it's partly because the patent industry is firmly in control of patent policy in Europe, as it was in the US before these rare SCOTUS decisions. Perhaps it's because a single court means a single law, and the basis for that law is likely to be the twisted EPO interpretation of the EPC, an interpretation that over a fifteen years corrupted the essence of the patent convention until banned subject matter like software became a prime hunting for the patent lawyers. This happened in the States, no surprise it would happen here too.

But above all these reasons, the really terrifying aspect of the EPLA proposals is simply this: there is no equivalent to the US Supreme Court. Yes we have a European Court of Justice, but it is firmly excluded from any competence over the emerging EU patent system.

Think of it for a second… a system with all the flaws of the US system, and none of the correcting mechanisms. A lot of lawyers are going to make a killing in Europe's high-tech sector. High-five, it's Lawyers Gone Wild vol.16!!

KSR Int'l Co. v. Teleflex Inc. (unanimous court) :

(page 5) The obviousness analysis cannot be confined by a formalistic conception of the words teaching, suggestion, and motivation, or by overemphasis on the importance of published articles and the explicit content of issued patents. The diversity of inventive pursuits and of modern technology counsels against limiting the analysis in this way. In many fields it may be that there is little discussion of obvious techniques or combinations, and it often may be the case that market demand, rather than scientific literature, will drive design decisions.

(page 11) We begin by rejecting the rigid approach of the Court of Appeals.

(page 11) the need for caution in granting a patent based on the combination of elements found in the prior art.

(page 13) When a work is available in one field of endeavor, design incentives and other market forces can prompt variations of it, either in the same field or a different one. If a person of ordinary kill can implement a predictable variation, section 103 likely bars its patentability. For the same reason, if a technique has been used to improve one device, and a person of ordinary skill in the art would recognize that it would improve similar devices in the same way, using the technique is obvious unless its actual application is beyond his or her skill.

(page 14) Often, it will be necessary for a court to look to interrelated teachings of multiple patents; the effects of demands known to the design community or present in the marketplace; and the background knowledge possessed by a person having ordinary skill in the art, all in order to determine whether there was an apparent reason to combine the known elements in the fashion claimed by the patent at issue. To facilitate review, this analysis should be made explicit. As our precedents make clear, however, the analysis need not seek out precise teachings directed to the specific subject matter of the challenged claim, for a court can take account of the inferences and creative steps that a person of ordinary skill in the art would employ.

(page 15) The obviousness analysis cannot be confined by a formalistic conception of the words teaching, suggestion, and motivation, or by overemphasis on the importance of published articles and the explicit content of issued patents. The diversity of inventive pursuits and of modern technology counsels against limiting the analysis in this way. In many fields it may be that there is little discussion of obvious techniques or combinations, and it often may be the case that market demand, rather than scienfitic literature, will drive design trends. Granting patent protection to advances that would occur in the ordinary course without real innovation retards progress and may, in the case of patents combining previously known elements, deprive prior inventions of their value or utility.

(page 17) A person of ordinary skill in the art is also a person of ordinary creativity, not an automaton. The same constricted analysis led the Court of Appeals to conclude, in error, that a patent claim cannot be proved obvious merely by showing that the combination of elements was “obvious to try.” When there is a design need or market pressure to solve a problem and there are a finite number of identified, predictable solutions, a person of ordinary skill has good reason to pursue the known options within his or her technical grasp. If this leads to the anticipated success, it is likely the product not of innovation but of ordinary skill and common sense. In that instance the fact that a combination was obvious to try might show that it was obvious under §103.

(page 17) Rigid preventative rules that deny factfinders recourse to common sense, however, are neither necessary under our case law nor consistent with it.

(page 24) And as progress beginning from higher levels of achievement is expected in the normal course, the results of ordinary innovation are not the subject of exclusive rights under the patent laws. Were it otherwise patents might stifle, rather than promote, the progress of useful arts.

Microsoft Corp. v. AT&T (Justice Stevens dissenting, Justice Roberts took no part) :

(pages 9 and 10) Abstract software code is an idea without physical embodiment, and as such, it does not match S271(f)'s categorization: "components" amenable to "combination" ...

(page 11) The distinctions advanced by AT&T do not persuade us to characterize software, uncoupled from a medium, as a combinable component. Blueprints too, or any design information for that matter, can be independently developed, bought and sold. If the point of AT&T's argument is that we do not see blueprints lining stores' shelves, the same observation may be made about software in the abstract: what retailers sell and consumers buy, are copies of software.

(page 15) The presumption that United States law governs domestically but does not rule the world applies with particular force in patent law.

Bonne lecture, merci de signaler dans les commentaires si vous avez des liens ou extraits supplémentaires.

Ajout 20070503 1208 : Bernard Salanié "Un tournant sur les brevets"

Ajoput 20090701 1102 : Durant Microsoft v. AT&T :

JUSTICE BREYER: I take it that we are operating on an assumption that software is patentable? We have never held that in this Court, have we?

jeudi 26 avril 2007

Le conseil constitutionnel préconise de renoncer aux machines à voter

Via padawan.info, le bilan du premier tour dit :

[...] Il reste que, ici ou là, l'usage des machines à voter n'est pas psychologiquement accepté, à tort ou à raison, par une part importante de nos concitoyens. Un certain climat de psychose n'y est pas étranger.

Il est vrai aussi que certains modèles au moins, parce que trop sophistiqués, ont provoqué des files d'attente.

Dans ces conditions, le plus sage serait sans doute, lorsque des problèmes sérieux se sont produits le 22 avril (pannes, bouchons, polémiques…), d'y renoncer provisoirement afin de mettre les prochaines échéances électorales, y compris le second tour de l'élection présidentielle, à l'abri de toute contestation. [...]

Enfin un peu de bon sens !

Cependant :

[...] machines à voter.

S'agissant de ces dernières, il convient de remettre les choses à leur place tant le climat de suspicion entretenu autour d'elles a pu contribuer à la détérioration de la situation : [...]

Il est visiblement difficile de faire comprendre que le résultat et la sincérité d'une élection ne doit pas dépendre de quelques informaticiens et décideurs dans une société de droit privé qui plus est.

Les machines à voter sans trace papier restent une boite noire complète : le dépouillement est équivalent à l'envoi de l'urne opaque à une société privée qui communique les résultat et détruit toute trace.

C'est clairement la porte ouverte à toutes les manipulations, et à grande echelle.

Toute la tradition française d'organisation des elections, l'urne transparente, les citoyens qui comptent les votes est la pour prévenir l'éventualité d'une manipulation, devrait avoir plus de poids dans les reflexions sur le sujet.

La "suspicion" est le fondement du code électoral, et elle est légitime !

Toute suggestion bienvenue, et un grand merci aux citoyens et assésseurs qui ont pris la peine de faire noter au PV leur insatisaction.

Ajout 20070428 1017: Le Monde a obtenu une copie du rapport remis au ministère de l'intérieur auquel les citoyens n'ont bien sur pas accès, l'article : Les machines à voter ne respectent pas toutes le cahier des charges.

Ajout 20070505 1416 :

dimanche 22 avril 2007

Elections et comptabilité

A voté ! Je serai sans doute au comptage dans mon bureau ce soir (rue Léopold Bellan 75002), avec heureusement des bulletins papiers et une urne transparente.

Stephane Cottin mentionnait en août 2006 dans son billet le coût des élections en France le rapport Les dépenses électorales : mission d'audit de modernisation (PDF). Extrait du tableau page 51 des couts de l'election présidentielle 1995 puis 2002, en millions d'euros :

  • Forfait candidats : 28.9, 53.4
  • Remboursement frais propagande des candidats : 32.1, 57.1
  • Frais radio télé : 8.1, 3.9
  • Mise sous pli : 27.9, 43.0
  • Affranchissement : 18.9, 24.5
  • Frais assemblée : 11.0, 12.3
  • Vote étranger : 1.0, 2.8
  • Heures sups fonctionnaires : 1.9, 2.1
  • Divers : 3.3, 1.1
  • Total : 133.5, 200.4

Donc pour 2002 : 55% des frais pour les candidats, 34% pour l'enveloppe de propagande, le reste 12%. Les bureaux de votes coutent donc tres peu par rapport a la communication en général. Proposer à ceux qui le souhaitent de recevoir la propagande par courriel est sans doute la source principale d'économie. Le vote électronique n'a donc pas d'argument d'ordre économique.

J'entends a la radio des problèmes a l'ouverture des bureaux de vote utilisant des machines à voter et je me demande ce que vont écrire sur le procés verbal les assesseurs dans les bureaux de vote ou elles sont utilisées : les machines actuelles sont équivalentes dans leur fonctionnement à une urne opaque envoyée à une entreprise sous-traitante de comptage qui renvoie les totaux et détruit toute trace. Transparent et sincère ?

Signez la pétition pour le maintien du vote papier.

Ajout 20070522 1623 : "live" blogging elections sur European Tribune ici, et la

Ajout 20070422 1908 : des protestions devant les retards induits par les machines à voter, entendues sur France Info.

Ajout 20070422 2151 : sur ma table de comptage des votes, sur 300 bulletins :

  • 117 Royal 39%
  • 78 Sarkozy 26%
  • 73 Bayrou 24.3%
  • 13 Le pen 4.3%
  • 17 autres 5.7%
  • 2 votes blanc (enveloppe vide ) 0.6%
  • 0 nul

Je pense que le taux de participation dans mon bureau est au dela de 85%.

Ajout 20070422 2335 : Le maire UMP de Saint Malo prends la décision qui s'impose : l'abandon des machines à voter pour le deuxième tour, je cite Ouest France :

Des files d'attente interminables devant les bureaux de vote, des électeurs excédés... Le vote électronique a suscité beaucoup de critiques aujourd'hui à Saint-Malo. Même si les machines ont bien fonctionné, c'était l'embouteillage. Du coup, le maire, René Couanau, vient d'annoncer le retour du bulletin papier dès le second tour de l'élection présidentielle, dans deux semaines, et pour les législatives qui suivront.

Bravo à lui, en esperant que d'autres auront le même courage !

Ajout 20070423 0730 : Résultats du premier tour des présidentielles 2007 selon le ministère de l'intérieur. Mise a jour après publication des résultats définitifs.

 3834530  10,44 M.   Jean-Marie  LE PEN   
  818407   2,23 M.   Philippe  de VILLIERS
11448663  31,18 M.   Nicolas  SARKOZY
 6820119  18,57 M.   François  BAYROU     
  420645   1,15 M.   Frédéric  NIHOUS
 9500112  25,87 Mme  Ségolène  ROYAL   
  576666   1,57 Mme  Dominique  VOYNET   
  707268   1,93 Mme  Marie-George  BUFFET
 1498581   4,08 M.   Olivier  BESANCENOT  
  479125   1,32 M.   José  BOVÉ    
  483008   1,32 Mme  Arlette  LAGUILLER  
  123540   0,34 M.   Géard  SCHIVARDI
  Nombre % Votants                          
  534846   1,44 Blancs ou Nuls  
36719396  98,56 Exprimés
  Nombre % Inscrits 
44472834 100,00 Inscrits        
 7218592  16,23 Abstentions     
37254242  83,77 Votants

Dans le 75002, Ségolène Royal fait 34.82%, Nicolas Sarkozy 31.35%, François Bayrou 22.92% et Jean-Marie Le Pen 3.44% et la participation est à 87.62%.

Ajout 20070424 2319 : compte-rendu édifiant de Benoit Sibaud sur le premier tour dans son bureau de vote avec ces satanés machines

lundi 2 avril 2007

Vote électronique suite

Benoit Sibaud nous fait un compte-rendu de la réunion préparatoire de formation pour les présidents de bureau de vote accompagnés de leur vice-président d'Issy-les-Moulineaux, je cite ses remarques :

[...] Sur la formation : trop de personnes simultanément, dans un lieu inadapté, et dans un délai trop court qui n'a pas permis de voir tout ce qui était prévu. D'ailleurs le personnel administratif a lui été formé en 1 journée complète.

Sur la fiabilité technique : 1 ordinateur sur 10 qui ne s'initialise pas au premier coup, (au moins) 1 boîtier de contrôle qui ne fonctionne pas pendant une partie du temps, des P.V. imprimés qui varient suivant les machines (caractères affichés correctement ou non). Si les mêmes proportions sont déclinées sur 58 machines dans 40 bureaux, en conditions réelles avec les électeurs, les assesseurs et les présidents auront besoin de calme (aux bips des machines près), patience et sérénité comme disait le formateur... Et les électeurs aussi.

Sur les aspects logiciels : un logiciel mal traduit (messages qui débordent, phrase alambiquée parlant de « résumé » pour « to resume »), mal régionalisé (problème d'impression des caractères accentués) et donc mal testé... Des comportements qui varient suivant les ordinateurs.

Sur l'ergonomie : la confusion entre les boutons ellipse verte et losange vert, la motion « Insérez BIP » avec une grande flèche quand il ne faut pas insérer le BIP, l'écran tactile pour un vote en braille, etc., me laissent dubitatif sur l'ergonomie globale.

Sur le contrôle : pas de contrôle possible, fonctionnement en boîte noire côté matériel et logiciel, journal non contrôlé par le bureau, P.V. ne mentionnant pas les bulletins supprimés, la fonction de recomptage est totalement illusoire, etc. Pas de contrôle pour le citoyen, pas de contrôle pour le président ou les assesseurs (qui ont malgré tout les P.V. à signer).

Entre les soucis techniques, la complexité des opérations et le temps pris par les différentes opérations, beaucoup de participants m'ont semblé inquiets pour le déroulement des élections. Il est clair que le vote électronique par ESS iVotronic n'est pas plus simple pour les membres du bureau de vote.

Le vote electronique tel qu'il est proposé partout en France est equivalent a envoyer l'urne opaque a une entreprise de comptage qui renvoie les comptes et detruit toute trace, merci au revoir.

Bref, je me demande ce que vont faire les assesseurs honnêtes en face de la boite noire qui gère entièrement l'election dans la plus totale opacité ... Si vous êtes dans ce cas, n'oubliez de mentionner vos doutes dans les PV.

Références :

[...] Ce problème mérite sans doute un plus ample débat qu'un rapide bavardage sur les altérations de mémoire par les rayons cosmiques. Nous attendons des explications de la part des fabricants et importateurs de ces matériels, et nous attendons de la presse scientifique et technique qu'elle représente les divers arguments techniques sur la question.

[...] Que le Conseil ne s’estime pas le mieux placé pour prendre en considération, dans un contentieux, des éléments techniques (voir notre article précédent) qui pourraient avoir des conséquences sur la constitutionnalité d’une pratique évolutive, cela peut se comprendre. Qu’il considère le législateur comme seul compétent pour revenir sur la norme qu’il a posée en 1969 à la suite d’une appréciation de fond et des expertises nécessaires est certainement sage. Mais laisser à penser que, en l’état actuel des caractéristiques de ces machines et des atteintes aux principes essentiels de transparence, de sincérité et de confiance qui conditionnent la légitimité du vote démocratique, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes juridiques possibles pourrait bien être qualifié par certains de tentative de désinformation par usage d’un argument d’autorité.

Enfin, signez la pétition pour le maintien du vote papier du site Ordinateurs-de-vote.org (plus de 37 000 signatures au 20070402).