En ces temps de crise la question se pose de savoir si cet épisode est pire que les précédents et certains utilisent les chiffres du chômage pour cela, or on peut être sans emploi mais pas chomeur, c'est a dire un inactif, et faire partie de ceux qui n'ont pas d'emploi mais qui - d'après l'administration - n'en cherchent pas.

Un homme agé entre 25 et 54 ans a en pratique peu d'excuses pour ne pas travailler : trop vieux pour les études, trop jeune pour la retraite. Et cela quel que soit l'époque ou le pays, un avantage de cette mesure. De plus ce groupe est le plus important numériquement dans les statistiques détaillées.

Un petit graphe pour illustrer la situation de cette population aux USA :

USA men aged 25 to 54

La courbe rose montre les sans emplois tout compris et se décompose en la courbe jaune qui est le pourcentage considéré comme chomeur par l'administration (attention ce n'est pas exactement le taux de chomage officiel car le dénomiteur est la population complète et pas la population dite active) plus la courbe bleue qui est le pourcentage d'inactif.

On ne peut que constater que le nombre d'inactif augmente inexorablement passant d'autour de 3% en 1948 a plus de 9% apres 2003. La part de chomeur elle oscille autour de sa moyenne sur la période a 4%. Le total des sans emploi se maintient en dessous des 8% jusqu'en 1974 et puis s'envole avec trois pics a 14% en 1982, 2003 et 2008 sans jamais redescendre en dessous des 8%.

Quelle est la situation de ces hommes de 25 a 54 ans qui en 2008 n'ont pas d'emploi et n'en cherchent pas, soit 8.7 millions de personnes ?

Le moins qu'on puisse dire c'est que ces chiffres, pourtant disponibles, n'interessent absolument pas les économistes : après de multiples requêtes auprés d'économistes blogueurs je suis rentré bredouille avec exactement zéro papier étudiant ce phénomène massif qui est pourtant probablement une clé de la compréhension du monde du travail après la deuxième guerre mondiale. Sachant qu'on ne manque pas d'articles et papiers sur les chomeurs, en particulier pour nous rabacher que la France est sclérosée et qu'il faut faire comme aux USA et UK pour "avoir moins de chomage".

La question reste ouverte, et l'expertise de mes lecteurs est bienvenue.

Un détail technique : la population de référence (le dénominateur) pour les chiffres que je cite est la Civilian Noninstitutionalized Population (62.2 millions d'hommes de 25 a 54 ans en 2008) qui en particulier ne compte pas les personnes en prison or 2.3 millions de personnes sont en prison aux USA en 2007 et les hommes représent plus de 90% de la population carcérale USA en 2005, il est donc probable qu'il faille ajouter 2 a 3% au chiffre des sans emploi et des inactifs pour arriver autour de 10 millions de personnes, avec la aussi une croissance historique forte.

Pour finir, si on ajoute le temps partiel un quart de cette population n'a pas d'emploi a plein temps en 2008.

Billets précédents sur ce thème :

Ajout 20090126 1208 : Le même article sur agoravox.

Ajout 20090126 1436 : Et sur le forum bulle immobilière.

Ajout 20090126 1715 : J'ai eu une réponse a ma question au BLS (merci !) sur les différentes mesures de la population, le détail mensuel par sexe, age et race est disponible ici. En novembre 2008 on a donc pour les hommes de 25 a 54 ans :

  • 62240877 en "Monthly Postcensal Civilian Noninstitutional Population"
  • 63756555 en "Monthly Postcensal Civilian Population"
  • 64375926 en "Monthly Postcensal Resident Population"
  • 64602209 en "Monthly Postcensal Resident Population plus Armed Forces overseas"

Sauf erreur d'interprétation la différence entre Civilian et Resident sont les forces armées actives stationnées aux USA soit 619 371 militaires, a l'étranger de 226 283 militaires. Et la différence entre la Civilian Noninstitutional et la Civilian est de 1 515 678 qui sont les personnes dans "nursing homes, prisons, jails, mental hospitals, and juvenile correctional facilities." dont je pense une grande majorité est en prison.

Ajout 20090128 2102 : Une version en anglais et étendue de cette analyse Fat Knowledge : The Misleading Nature of the Unemployment Statistic .

Ajout 20090218 2000 : Angry Bear reprends ces données, discussion en cours.

Comme noté sur divers blogs, j'ai finalement envoyé un courriel a 20 economistes blogueurs sur le sujet de ces données avec le graphe, le tableau, les sources et l'autorisation explicite de poster ces données et autre sans faire référence a mon blog, mon objectif étant de trouver une explication pas de faire de la publicité pour ce blog. Avant Angry Bear trois blogueurs m'ont répondu, Calculated Risk (remerciement), John Quiggin et James Hamilton me donnant en référence ce papier. Mon analyse est que ce papier n'explique pas le phénomène dans sa durée et son ampleur :

After a first reading and if I did not misinterpret, the paper looks at 1978-1998 period with 1984 as reference of a change in legislation and ends up with a numerically low effect: 0.5% on unemployment measure. Other factors are cited (like on my blog) but not analyzed quantitatively.



If you look at the 1948-2008 data as I did you'll notice quickly that 1960-1984 and 1984-2008 (to take an equal number of years on both side while retaining the maximum data) see the exact same increase in the inactive population, +3 points for the first period from 3% to 6% and then again +3 points from 6% to 9%, both in 24 years.



I of course don't have references on legislative changes related to disabilities on the 1960-1984 period, but the data above confirm that the 1984 change is very low impact, if not null on the big picture of the inactive population evolution.



If you know about other references on this topic, and/or if you could give more visibility to this data piece I'd be very grateful (as I said I'm not looking for a link to my blog so feel free to cite without link or attribution).



Thanks again for your time

J'espère que la discussion aménera des informations et analyses.