Il y a plus de deux ans j'écrivais dans le billet Inflation et transparence :

Pour être utile et accessible au citoyen, les prix détaillés doivent être rendus disponibles, en France il n'y a aucune raison pour ne pas le faire. Il y aura bien sur toujours des polémiques, mais elles ne seront plus stériles par construction et chacun pourra choisir en connaissance de cause.

Le 4 février 2009 chez Comprendre l'actualité économique dans la même ligne :

C'est une question d'efficacité de la dépense publique, pas une question de confiance ou pas confiance (chacun est libre d'avoir une religion en France :).

Au passage, les tickets de caisse ça ne marche que si tu ne déménage jamais or en moyenne on déménage tous les 7 ans. Quels seront les prix de mon panier dans la nouvelle région ? Et si je change ? Comment cela a évolué ?

Le contribuable paie 100% des couts pour faire les relevés et pour évaluer la qualité des produits dans le temps, via le financement des salaires et dépenses de l'INSEE.

En sortie, il n'a rien d'utile et une grosse quantité de débats stériles. Et l'INSEE gaspille de l'argent a pondre des paniers plus inutiles les uns que les autres chaque fois que le sujet passe au 20h a la télé.

Comme je le montre dans mon billet il n'y a aucune raison de ne pas publier les données détaillées de l'INSEE (prix et qualité). Ca coutera moins cher que les multiples paniers et leur interface web, et cela rendra un énorme service aux contribuables dans leur vie.

Tout le monde y gagnera, et la qualité du débat public s'elevera de l'ornière profonde dans laquelle il reste actuellement.

Qu'en pensez vous ?

Pourquoi ne pas publier le détaillé ?

Et, sans surprise, le 22 février 2009 La Tribune titre "Nouvelle polémique autour des prix des produits de grande consommation " :

A la veille d'une réunion à Bercy sur des prix "trop élevés" dans les hypermarchés, l'Institut national de la consommation (INC) montre que sur les sites internet aussi, les étiquettes des produits de grande consommation flambent. [...]

Une étude réalisée il y a 12 mois par l'INC avait mis en exergue une flambée des prix des produits laitiers et céréaliers sur internet, qui avait suscité une polémique et incité le gouvernement à mettre en place un Observatoire des prix et des marges. Cependant, l'Observatoire se limite à publier les prix dans la grande distribution et reste silencieux sur les marges.

Bref, l'INSEE et l'INC, deux organismes a financement public, payent leurs employés chacun dans leur coin pour faire des relevés de prix, fabriquent des paniers ajustés on ne sait trop comment et publient des indices "divers". Le bénéfice pour le public ? Aucun. A part pour les amateurs de polémiques stériles par construction.

Il y a pourtant une solution simple, soucieuse a la fois de la dépense de l'argent public, des bénéfices qu'en tire ce même public et qui pourrait sans doute redorer le blason de l'INSEE : publier le détail des prix et des ajustements de qualité de l'INSEE. Un simple fichier zip sur un site web, cout marginal zéro et des informations utiles pour tous les contribuables français et un débat qui pourra au moins se baser sur des informations et pas sur des rumeurs ou non dits.