Le blog de Laurent GUERBY

vendredi 15 mai 2009

Blogs et médias

Jules de Diner's Room (tout juste déménagé) publie en plusieurs billets un entretien avec Julien Dray, je vous encourage a le lire.

C'est très interessant car cet homme politique a clairement choisi de s'expliquer en passant par un blog et non par les médias classiques, une tendance à suivre ?

jeudi 14 mai 2009

Inflation et ajustement qualité

L'indice des prix a la consommation, dont la croissance est plus connue sous le nom d'inflation, n'est pas une simple aggrégation de prix de produit. En effet les économistes de l'INSEE évaluent aussi le changement de qualité subjectif d'un produit et corrigent les prix relevés en conséquence. Entre décembre 2002 et décembre 2003 cette étude (PDF) nous apprend que l'inflation hors ajustement qualité etait de 2.5% et se réduit a 2.2% avec les ajustements qualité. Par exemple le prix des micro-ordinateur a baissé de 7.6% mais avec l'ajustement qualité cette baisse s'élève a 15% dans l'indice publié.

Le 14 mars 2009 mon député, Philippe Folliot (Nouveau Centre) publie un article dans un journal local sur l'inflation. Je lui ai envoyé un courriel pour lui faire part de la possibilité d'une transparence et efficacité accrue de l'INSEE sur le sujet et il m'a proposé un rendez-vous le 6 avril. Après discussion il s'est proposé d'écrire une question au gouvernement qui a maintenant été publiée :

Question au gouvernement numéro 48176 :

M. Philippe Folliot interroge M. le secrétaire d'État chargé de l'industrie et de la consommation sur l'élaboration et la diffusion de l'indice des prix à la consommation (IPC) réalisé par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En effet, l'IPC qui est une moyenne des indices élémentaires des prix de 1 000 familles de produits suivis tous les mois est produit par l'Insee. Cet indice est d'une utilité cruciale pour la défense des intérêts des consommateurs. Aussi, à l'heure du développement d'Internet et des comparateurs de prix, l'utilisation de cet indicateur s'avère de plus en plus nécessaire. Afin de respecter l'évolution des paniers de biens, l'Insee fait régulièrement des ajustements qualité sur l'IPC. Or le détail de ces ajustements qualité ne fait pas l'objet d'une publication officielle ce qui rendrait pourtant plus transparente aux yeux des consommateurs la méthode d'élaboration de l'IPC. C'est pourquoi il lui demande que les services de son ministère fassent la lumière sur cette carence.

Il m'a bien dit ne pas attendre de réponse rapide ni de révolution mais c'est toujours une bonne chose de faite.

Merci à Philippe Folliot.

J'ai aussi contacté deux députés du Parti Socialiste, parti dont je suis membre, mais sans réponse à ce jour. La transparence sur le calcul de l'inflation serait pourtant un bon point sur un programme politique.

Ajout 20090707 2257 Un ouvrage complet disponible en ligne pour ceux qui veulent approfondir : Manuel des indices hédoniques et des ajustements de qualité dans les indices de prix / Application particulière aux produits des technologies de l'information et de la communication / Jack Triplett / Éditions OCDE / 21 sept 2006 / Pages: 292 / ISBN: 9789264028173

Ajout 20090722 0935 "Le manuel du lobbyste" chez authueil me donne quelques conseils pour continuer mes démarches, merci Samuel !

mardi 12 mai 2009

Statistiques, OGM et transparence

Le Monde rapporte les propos sur les OGM du mathématicien Marc LAVIELLE sur la fiabilité des statistiques utilisées pour juger les effets des OGM :

[...] Autre point de crispation : l'accès aux données expérimentales. Celles-ci sont tenues secrètes par les firmes agrochimiques qui financent et commanditent les études. C'est ainsi une action de Greenpeace devant une juridiction allemande qui avait permis la "réanalyse" des effets présumés du MON863. "La publicité des données est absolument nécessaire, explique M. Lavielle. A défaut, c'est un peu comme si on attribuait le prix Goncourt à un livre en ayant seulement eu accès à sa quatrième de couverture..." [...]

Lire aussi sur Les Echos :

[...] Ce débat autour des OGM déclenche des passions et des inquiétudes dans l'opinion. Au-delà des questions purement scientifiques que soulèvent les OGM, il y a un problème de société, et le citoyen est en droit d'attendre un discours cohérent, même semé d'interrogations, de la part de la communauté scientifique. Il est indispensable aujourd'hui que ces études soient faites dans la plus grande transparence, que l'ensemble de la communauté scientifique puisse y avoir accès et surtout soit en mesure de valider les résultats présentés. C'est notre rôle et notre devoir de scientifique citoyen de porter le même regard critique sur l'ensemble des études portant sur les OGM, sans pour autant être traités d'obscurantistes par certains, sans être accusés d'être à la solde de Monsanto par d'autres. Une analyse statistique bien menée ne sera jamais contestée !

Et les documents sur le site du chercheur (surtout "Clause de sauvegarde sur le MON 810 : un petit résumé de l’histoire en images").

A méditer dans le cadre du calcul de l'inflation ou les économistes se mettent au niveau des firmes agroalimentaires sur des données économiques pourtant fondamentales pour les décisions politiques, et qui seraient de plus très utiles aux citoyens qui les financent.

Marc Lavielle, un expert dans le bon sens du terme ?

lundi 11 mai 2009

Expert et profane

Sur Meilcour Nicolas Vanbremeersch commente sur l'"internetophobie" d'Alain Finkielkraut et il conclut :

[...] Il faudrait que le politique apprenne à renouer un processus de délibération, et de formation de sa décision où, oui, l’on écoute chacun, mais on ne perde pas pour autant le rapport à la vérité…Cela ne signifie pas revenir à la décision technocratique, fondée sur l’expertise, ou à l’opposer à la décision populaire, mais à trouver le mode hybride de formation de la décision politique, où la science et l’expertise viennent se confronter à l’opinion, et à la diversité des approches, pour s’en nourrir. Dans de nombreux processus participatifs, malheureusement, on en est loin, de même que dans de nombreuses réformes, qui oublient au passage que l’écoute de la diversité des parties prenantes peut nourrir avec valeur la décision…

Une citation tirée du Nouvel Observateur du 29 avril 2009 par Guy Carcassonne :

[...] G. Carcassonne. - Les députés ont obtenu depuis quelques décennies des moyens non négligeables. Leurs devanciers étaient beaucoup moins bien lotis. Ils n'avaient pas d'assistant parlementaire, pas de bureau, pas de secrétaire, et pourtant il y avait de grands débats au Parlement.

[...] G. Carcassonne. - Le Parlement manque de profanes davantage que de spécialistes. Celui qui fait progresser les discussions, c'est le député de terrain qui pose la question naïve grâce à laquelle on découvre une béance ou une horreur.

Les blogs rendent possible un dialogue direct entre l'expert et le profane et la question qui se pose selon moi est quels sont ceux parmis les experts qui sont vraiment prêt à répondre aux "questions naïves" du profane de manière loyale et sans manoeuvre dilatoire ?

Ceux qui accepteront de se prêter a cet exercice seront les experts de demain.